Sheriff Tiraspol? Back in USSR!
Par Sylvain Poncet

La Ligue Europa a ce don d’envoyer jouer des matchs au find fond de l’Europe, dans des pays exotiques qui fleurent bon les emmerdes pour y aller et peut-être même pour en revenir. Le tirage au sort des barrages effectué à Nyon au siège de l’UEFA a réservé une destination incroyable à l’Olympique de Marseille: le FC Sheriff Tiraspol. On a regardé de plus près ce club au nom rigolo… On a beaucoup moins rigolé…

L’OM au pays des soviets

 

 

drapeau 150x150 Sheriff Tiraspol? Back in USSR!Tiraspol est officiellement une ville de Moldavie. Mais officieusement, c’est la capitale de la République moldave de Transnistrie, un état non-reconnu par la communauté internationale, qui a fait sécession avec la Moldavie en 1991. La Moldavie a bien tenté de récupérer par la force cette région très industrialisée mais elle a échoué car la Transnistrie a reçu le soutien armé de la Russie. Il faut dire que la Transnistrie est une région qui abrite un tiers de Russophones. Depuis cette guerre, c’est le statu quo. Sauf pour les habitants. Car cette région, grande comme un département français, s’est dotée d’une constitution, d’un drapeau, d’une monnaie, d’un gouvernement, d’une armée, d’un Parlement, bref, tout ce qu’il faut pour faire un état en bonne et due forme. Le plus cocasse, c’est la Transnistrie est restée soviétique comme au bon vieux temps de l’URSS. Le parlement s’appelle par exemple le Soviet Suprême. Tous les ingrédients d’une bonne vieille dictature sont présents: omniprésence militaire, parti unique, culte du président, clientélisme, police zélée, Justice sous influence… Le paradis sur terre. Pour le tiers modalve de la population, en revanche, c’est l’enfer. Ils sont discriminés à l’école, au travail, dans les médias par les Russophones qui ont la main sur tout.

Depuis sa création, la Transnistrie est devenue une sorte de trou noir où s’engouffre toutes les mafias du monde. Traffic de drogue, d’alcool, de cigarettes, de pétrole, de prostitutées et, plus inquiétant, d’armes. A Tiraspol, ce n’est pas trop compliqué, si on a de l’argent bien sûr, de trouver des Kalachnikovs, des missiles voire des têtes nucléaires. Une vision qui fait froid dans le dos quand même. Car Tiraspol n’est qu’à deux heures d’avion de Paris.

Sheriff Tiraspol fait moi peur

 

 

 Sheriff Tiraspol? Back in USSR!Le Sheriff Tiraspol est un élément de la dictature en Transnistrie. Sheriff est une entreprise qui possède le monopole sur le pétrole, une fabrique d’alcool, un réseau de téléphonie mobile, une chaine de télé, des supermarchés, un casino, toutes les boulangeries du pays et bien d’autres choses encore. Fondée par le propre fils du président, l’entreprise se porte bien. Il faut dire que les services des douanes accordent de généreux rabais à Sheriff. En 1997, le club de foot du Sheriff Tiraspol est créé par un ancien agent du KGB Victor Gusan mais dirigé en sous-main par le pouvoir en place. Comme le pays est trop petit pour avoir son propre championnat, le Sheriff joue dans le championnat moldave. Et évidemment rafle tout. Ses moyens colossaux lui permettent d’attirer des joueurs expérimentés.

 Sheriff Tiraspol? Back in USSR!En 2000, le club se dote d’un stade de 13000 places accolé à un complexe sportif et hotelier haut de gamme en périphérie de la ville. L’UEFA, sans sourciller, a donné son approbation pour que des matchs européens puissent se jouer dans ce stade. Et tant pis si les 200 millions de dollars qu’a couté le complexe viennent en très grande partie de pratiques mafieuses. Car la compagnie Sheriff et le Sheriff Tiraspol sont fortement soupçonnés par les observateurs internationaux de servir de grande blanchisserie à argent sale.

C’est dans ces conditions que l’Olympique de Marseille va jouer. Pour aller à Tiraspol, ça ne va pas être facile car la ville n’a pas d’aéroport international digne de ce nom. Elle a seulement un aéroport militaire que la Russie exploite pour acheminer ou rapatrier son matériel militaire. La solution pour les olympiens est de se poser  à Chișinău, la capitale de la vraie Moldavie, et de taper en car les 78 km qui sépare la ville de Tiraspol. Une vraie ballade touristique dans un des pays les plus pauvre de l’Europe, où le salaire moyen ne dépasse pas les 150 euros par mois.

A voir ce reportage édifiant chopé sur Dailymotion!




Trackbacks/Pingbacks

  1. Elie Baup évoque le Sheriff Tiraspol - OMReplay - 21.08.2012

    [...] A l’issue de la rencontre face à Sochaux, Elie Baup, entraineur de l’OM, a bien voulu évoquer en quelques mots le prochain adversaire des Phocéens en Ligue Europa, le Sheriff Tiraspol, une équipe moldave pas comme les autres. (voir cet article édifiant sur le Sheriff Tiraspol) [...]

News - 07.10.2013

OM – PSG : le barOMètre

Que faut-il retenir de la prestation des joueurs de l’Olympique de Marseille face au PSG? La principale chose est que […]

News -

OM – PSG: la zone mixte

Peu de joueurs de l’OM se sont arrêtés en zone mixte. Les cadres comme Steve Mandanda, André Ayew, Nicolas Nkoulou […]

News - 01.10.2013

C1 | Dortmund 3-0 OM : le barOMètre

Mandanda : Trois buts encaissés, quelques parades et une bourde. Le portier de l’OM est passé par toutes les émotions… surtout […]

News -

C1 | Dortmund 3-0 OM : la feuille de match

Le onze de l’OM Mandanda – Fanni, Nkoulou, Mendes, Mendy – Romao, Imbula – Payet, Valbuena, André Ayew – Khalifa […]

News - 28.09.2013

L1 – J7 / Lorient 0-2 OM : la feuille de match

Le onze de l’OM Mandanda – Fanni, Nkoulou, Mendes, Mendy – Romao, Imbula – Payet, Valbuena, André Ayew, Gignac Le […]

News -

L1 – J7 / Lorient 0-2 OM : le barOMètre

Mandanda : Pas de grande parade à faire dans le match, mais il a été très sécurisant dans le match, avec […]